Niger : Pour une croissance, la BM exhorte à investir dans la santé.

Niger : Pour une croissance, la BM exhorte à investir dans la santé.
0 0
Read Time:2 Minute, 2 Second

Le Niger connaitra en 2022 une croissance de 5,2% selon la Banque Mondiale dans son nouveau rapport intitulé « Reprise de la croissance des revenus et du développement humain », publié le lundi 10 mai 2022. L’institution financière internationale justifie cette prévision positive du Niger sur deux (2) points : le retour à une saison agricole moyenne et l’amélioration progressive de la situation sécuritaire.

La Banque Mondiale a salué la résilience du Niger qui malgré une campagne agricole désastreuse en 2021 et un ralentissement de la croissance du PIB à 1,4% en 2021 et une inflation annuelle moyenne qui s’est accélérée atteignant  3,8 % dans la même année. « Le Niger a évité une récession économique malgré les multiples crises auxquelles le pays a été confronté » a souligné Pierre Xavier Bonneau, responsable par intérim des opérations de la Banque mondiale pour le Niger. Ce ralentissement a entraîné une baisse du revenu par habitant et a laissé plus de 2,5 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire.

En outre, l’inflation annuelle moyenne s’est accélérée pour atteindre 3,8 % en 2021, provoquée par la hausse des prix des denrées alimentaires, en particulier des céréales. Si le Niger s’est montré résilient face aux différentes crises, le rapport fait savoir que celles-ci ont toutefois eu un impact négatif sur les indicateurs de santé du Niger. « Notamment sur les taux de mortalité infantile et de retard de croissance » lit-on sur le site officiel de l’institution qui déplore que « malheureusement, les possibilités d’accroître la priorité accordée aux dépenses de santé sont limitées ». À court terme, les gains potentiels les plus importants en matière de santé résident dans l’amélioration de l’efficacité du secteur.  « Pour financer durablement l’augmentation des dépenses de santé en vue d’obtenir de meilleurs résultats dans ce domaine, il est essentiel de rétablir les priorités de santé publique et la croissance économique » a précisé pour sa part Paolo Di Lorenzo, économiste principal à la Banque mondiale et co-auteur du rapport.

Ainsi la Banque Mondiale exhorte-t-elle à une augmentation de l’offre et de la qualité des services de santé, et remédier au déséquilibre géographique. Ceci pourrait également avoir un impact sur l’efficacité de ces services. En outre, le rapport appuie qu’en orientant les nouveaux financements de santé vers les soins de santé primaires et les ressources humaines, des gains significatifs en matière de santé et de couverture des services pourraient être obtenus.

Kayveen AKAMAH

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *