Les uniformes lors des cérémonies au Niger : des dépenses pharaoniques

1 0
Read Time:2 Minute, 7 Second

A l’origine, les uniformes servaient à distinguer différents groupes notamment les corps de métiers en fonction de leurs activités ou missions…: Il s’agit, par exemple, des forces de défense et de sécurité, des ouvriers, des élèves, des agents de santé etc. Aujourd’hui, les uniformes sont devenus comme une simple mode. A la moindre cérémonie les organisateurs et autres participants s’entendent pour s’habiller de la même façon. 

Il est, en effet, à chaque occasion, mariages, baptêmes, manifestations politiques ou fêtes de fin d’année dans les écoles, l’uniforme est bien présent. Ainsi, lors de ces cérémonies, le port des uniformes est devenu comme une obligation pour certains et un phénomène de mode pour d’autres.

L’idée des uniformes lors d’un mariage et même dans les écoles était de faire en sorte que toutes les personnes soient sur le même pied d’égalité au point de vu habillement. Pas de différence entre riche et pauvre. Aujourd’hui cela a pris une autre tournure.

Aujourd’hui, les cérémonies de mariage et de  baptêmes deviennent un véritable casse-tête pour les femmes, obligées de faire les uniformes. A Niamey dans certaines familles, un seul mariage peut faire l’objet de trois sorte d’uniformes à savoir : un basin  pour la fatiya (célébration traditionnelle), un autre pagne  pour la journée du mariage ainsi qu’un  tissu ou toute autre tenue pour le cocktail  voir plus.

Avec le rythme des mariages à Niamey surtout en cette période des vacances, l’achat des uniformes touche les maigres économies des femmes.

Rachida Moussa, une jeune fille résidente à Niamey, confie: «pour le mariage de mon amie qui s’est tenu la semaine dernière, j’ai dépensé plus de 65.000f pour trois  tenues à savoir: le bassin de la fatiya, le pagne pour la journée du mariage et  le tissu pour le cocktail».

Certaines femmes sont prêtes à tout, jusqu’à l’endettement, pour se procurer ces uniformes. Certaines, faute d’avoir l’uniforme à temps, préfèrent ne pas assister au mariage, tout simplement.

Par ailleurs, la vente de ces uniformes est très lucrative pour les commerçants qui se frottent les mains en cette période de mariages à Niamey.

 « Pour un seul mariage, je vends souvent plus de 100 pièces de 3 pagnes. Le prix varie de  5.000f à 7.500f selon la qualité » nous confie Mahamadou Moussa boutiquier au grand marché de Niamey.

Pour une population à faible pouvoir d’achat, il est impératif de régler la question des uniformes au Niger.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *