Pipeline Niger-Bénin : un pas dans le cercle de l’OPEP

Construction et exploitation d’un système de transport des hydrocarbures par un pipeline. Mise en service prévue en janvier 2022

Le Président de la République du Niger, Issoufou Mahamadou a officiellement lancé les travaux de construction du pipeline le 17 septembre 2019 à Koulélé, Région de Diffa. D’une longueur de 1982 km dont 1298 km en territoire nigérien, la construction du pipeline reliant le Niger au Bénin coûterait plus de 5 milliards de dollars.

 L’ouvrage permettra au Niger de multiplier par plus de cinq (05) sa capacité de production en la faisant passer de 20 000 à 110 000 barils par jour. Les travaux de construction seront exécutés par la China National Petroleum Corporation (CNPC) et la société pipeline au Niger West  African Oïl Pipeline  Company.

C’est le plus grand projet de toute l’histoire du Niger depuis l’indépendance, a déclaré le Président de la République sur le site de Koulélé (Agadem). Même au Bénin, ce projet constitue le plus gros investissement direct privé au Bénin depuis notre indépendance, a fait savoir Samou Seidou, Ministre Béninois en charge du pétrole. Ce projet va générer plus de 3.000 emplois lors de sa phase de construction, et 300 à 500 emplois permanents à sa phase d’exploitation.

L’infrastructure aura une capacité de transport de 4,5 millions de tonnes par an, soit 35 millions de barils. Huit (08) stations de pompage seront construites, dont six (06) au Niger et deux (02) au Bénin. Le Bénin aura à collecter plus de 300 milliards de FCFA comme droit de transit et des recettes fiscales pour les 20 premières années de la période d’exploitation de ce pipeline.

En 2022, selon le Président Mahamadou Issoufou, la croissance du Niger devrait s’établir à 12%. D’après les projections, le pétrole, qui représentait en 2017 4% du PIB, doit atteindre, en 2025, 24% de la richesse nationale, et rapporter environ 45% des recettes fiscales contre 17% en 2017.

Cependant, les défis environnementaux sont énormes. En raison des fissures et fractures, les pipelines pourraient devenir des sources de pollution. Ainsi, les communes qui seront traversées par ce pipeline bénéficieront de la réalisation d’œuvres socio-communautaires. Les mesures de sécurité doivent être renforcées pour que ces pipelines ne soient pas endommagés par des malfrats.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *