Niger-TNT: la diversité des contenus s’impose à la pluralité des médias

Invité au plateau de l’émission Business Challenge ce jeudi 30 mai 2019, le Président du Conseil Supérieur de la Communication, Dr Sani kabir  a présenté les chantiers de réformes et productions de textes réglementaires de son institution.

A l’instar des autres pays membres de l’UEMOA, le Niger s’est engagé à déployer la télévision numérique terrestre (TNT).

Pour réadapter les contenus audiovisuels, un projet de texte a été élaboré et est en attente de validation. Ce projet encourage les promoteurs des télévisions à consacrer 60% de leurs contenus à la production nationale. En contrepartie, le Conseil Supérieur de la Communication envisage de créer un fonds d’appui à la production audiovisuelle.

Pour améliorer l’environnement médiatique nigérien et mettre les promoteurs de l’industrie de la presse au diapason, nombres de textes ont été écrits  sur l’éthique et la déontologie ; la réglementation de la publicité ; et de la presse électronique.

Pour l’instant, il est difficile de déchiffrer le nombre d’emplois à créer dans le secteur. Néanmoins, l’implantation de la TNT permettra aux acteurs de se spécialiser dans l’un des trois(3) pôles économiques que sont: producteur, transporteur ou diffuseur.  D’autres  nouveaux métiers viendront tout au long de cette chaîne.

Afin de mieux outiller et équiper la presse nigérienne, le fonds d’aide à la presse sera désormais en nature, a annoncé le Président du CSC. Concernant la redevance audiovisuelle, un projet a été élaboré et en attente de validation. Faute de texte qui réglemente la procédure, aucun média étranger ne verse de redevance au trésor du Niger et ceci depuis plus d’un quart de siècle.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *