Niger : Le secteur de l’énergie, facteur de la restructuration de l’économie

Niger : Le secteur de l’énergie, facteur de la restructuration de l’économie
Read Time:2 Minute, 5 Second

A l’occasion de la 9ème année de mise en œuvre du Programme de Renaissance, le Président de la République du Niger, ISSOUFOU MAHAMADOU a adressé un message à la Nation. C’était le 06 avril 2020. Dans son message à la nation, il est revenu sur l’évolution dans le domaine de l’énergie, courant la période allant de 2011 à 2019.

Les réalisations dans le domaine de l’électricité ont permis de porter le taux d’accès des ménages de 9% en 2010 à 14% en 2019. La puissance électrique installée a augmenté de 110 % pour s’établir à 229 MW en 2019, ce qui est encore très faible. Dans ce discours, on note l’augmentation de la puissance électrique installée et le renforcement du réseau électrique ont contribué à améliorer l’offre de services en électricité.

Les réalisations ayant contribué au renforcement de la puissance électrique installée sont principalement: la centrale thermique diesel de Gorou Banda, la centrale solaire photovoltaïque de Malbaza, l’installation de groupes électrogènes de capacités variables dans plusieurs localités. Des centrales électriques sont en cours de construction notamment celle du barrage de Kandadji avec une puissance installée de 130 MW, celle de Goudel avec une capacité de 82 MW, la Centrale hybride solaire diesel d’Agadez avec une puissance de 13MW et la centrale solaire de Gourou Banda de 20 MW. Avec ces nouvelles centrales le Niger disposera d’une puissance installée de 474 MW au minimum.

En ce qui concerne le pétrole, ce sous-secteur représente en moyenne 4% du PIB, 19% des recettes fiscales et 16% des exportations. L’attribution de plusieurs permis de recherche et des Autorisations Exclusives d’Exploitation (AEE) ainsi que la poursuite des travaux de recherche ont permis d’observer une amélioration significative des réserves du pétrole et de gaz naturel. D’importantes études géologiques et géophysiques ont été réalisées, portant ainsi les réserves récupérables de pétrole à 953 millions de barils et les réserves en gaz naturel à plus de 24 milliards de m3.

L’importance de ces réserves a conduit à la mise en œuvre du projet structurant de développement du bloc Agadem et la construction d’un pipeline Niger-Bénin, longue d’environ 2.000 km. La mise en exploitation de cet important projet renforcera de façon significative l’apport du secteur pétrolier à l’économie du Niger. Lorsque la pipeline Niger-bénin sera opérationnelle, le secteur pétrolier représentera 24% du PIB. Ainsi contribuera-t-il à la restructuration de l’économie.

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Commentaires

commentaires

Business News

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *