Les défauts des PME en Afrique Subsaharienne

« Les Petites et Moyennes Entreprises représentent 90 % du tissu entrepreneurial et 60 % des emplois à l’échelle du continent ».

Le groupe Agence Française de Développement (AFD) retient, dans une étude publiée courant juin 2019, une dizaine de défauts qui empêchent aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) d’accéder aux prêts bancaires.

  • Les problèmes liés aux fournisseurs, sous-traitants ou aux clients de l’entreprise ;
  • Mauvais choix managériaux ayant un impact sur la gestion, l’organisation, l’efficacité et les profits de l’entreprise ;
  • La modification des caractéristiques du marché en cours de projet (évolution du potentiel des débouchés, concurrence, consommateurs, chocs de demande, baisse des ventes, …) ;
  • Les choix financiers et systèmes de financement ;
  • L’environnement financier ;
  • Déficit de compétences du gestionnaire de l’entreprise ;
  • Les problèmes liés aux infrastructures locales ou aux difficultés de fonctionnement de l’écosystème local ;
  • La connaissance par le bénéficiaire final de l’existence d’un dispositif de garantie ;
  • Le niveau de risque pris par la banque ;
  • L’environnement politique et social.

Ils sont cités dans au moins 10% des cas en Afrique. Les banques proposent peu de lignes de crédits vraiment adaptées aux besoins des PME : 70% sont des financements à court terme (moins d’un an) ; et moins de 2% de ces PME ont des crédits ayant une échéance supérieure à 10 ans. Or ces dernières nécessitent des crédits à long terme pour amortir leur investissement.

L’Agence Française de Développement (AFD) intervient depuis 15 ans dans les pays en développement avec le financement des prêts aux PME via un produit de garantie dit ARIZ.

                                                                                      Source: Financial Afrik

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *