Le géant africain maintient la fermeture de ses frontières

Quelles sont les conséquences de la fermeture des frontières du Nigéria sur la ZLECA ?

Le 20 août dernier, les autorités nigérianes ont procédé à la fermeture de leurs frontières avec le Bénin et le Niger. Cette fermeture, disaient-elles, est temporaire et partielle. Plus d’un mois après, le géant africain maintient toujours cette fermeture.

Cette décision intervient alors que les pays africains mettent en place la ZLECA, la zone de Libre Echange Continentale Africaine, dont le Nigéria a signé l’accord à l’occasion du sommet de l’UA de Niamey en juillet 2019.

Au niveau des pays voisins du Nigéria, notamment le Niger et le Bénin, cette fermeture de frontières a de graves répercussions. Au Niger, elle a entrainé une hausse des prix du carburant à l’intérieur du pays, notamment à Zinder et à Maradi dont les économies reposent fortement sur le Nigéria. Les conséquences sont encore plus pressantes au Bénin où l’économie subit un fort ralentissement de plein fouet.

Le Président de la République Fédérale du Nigéria, Mahamadu Buhari, a expliqué que cette mesure restrictive a pour but de dissuader la contrebande massive, notamment celle du riz. Cette mesure est censée amoindrir les répercussions négatives sur la stratégie mise en œuvre ces dernières années pour atteindre l’autosuffisance en matière de production de riz. « Les autorités des pays voisins doivent prendre des mesures strictes et complètes pour réduire le niveau de contrebande à travers leurs frontières », a-t-il averti.

Le Nigéria continue donc à défendre ses producteurs locaux. Les économies du Niger et Bénin qui dépendent en grande partie des exportations vers le marché nigérian subissent des conséquences désastreuses. Ces deux pays doivent faire des efforts pour diversifier leurs économies.

A l’allure actuelle, la politique commerciale du Nigeria pourrait bloquer l’accélération de la mise en œuvre de la ZLECA. Néanmoins, à l’échelle continentale, c’est une bonne stratégie pour réduire le déséquilibre de la balance commerciale en défaveur de l’Afrique, à cause de l’importation du riz. C’est aussi un moyen d’inciter davantage la promotion des produits locaux.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *