Kawar/ Agadez : les séquelles de l’Or du Djado

La majorité des orpailleurs kawariens ont investi dans le secteur du transport, en se procurant des véhicules flambants neufs au détriment de l’agriculture, de l’élevage et bien d’autres secteurs prioritaires.

Situé dans le département de Bilma, la commune de Djado est totalement méconnue par de nombreux Nigériens, du fait de son éloignement.

Cette commune coupée de la réalité du Niger fut l’objet de l’actualité nationale et internationale, il y a 3 ans à la suite de la découverte de l’Or. Tous les pays frontaliers du Niger ont convergé à la recherche de cette richesse. Ainsi, le site aurifère s’est transformé, en un laps du temps, en un véritable lieu de commerce de toutes sortes.

Quelles sont les conséquences économiques de cette découverte sur la vie de kawariens ?

En effet, avant la découverte de l’Or, les principales activités économiques au Kawar sont : l’extraction du sel, la récolte annuelle de datte, le commerce, l’agriculture de subsistance et l’élevage familiale. De plus, ces activités sont animées par des hommes tout comme les femmes et même par des familles entières.

Cependant, la découverte de l’or avait provoqué un choc social et une rupture brutale du tissu de l’économie. Selon la chronologie de l’histoire, les habitants de Djado étaient les premiers à découvrir ce site aurifère et ils n’ont pas vraiment bénéficié des retombées de cette manne, comparativement aux étrangers.

Les conditions de vie étaient relativement meilleures au Kawar où le coût de la vie est devenu plus élevé. Les jeunes ont déserté l’école pour le site, du fait de l’influence très visible, à travers les achats de voitures ou de tout autre moyen de déplacement. Outre la cherté de la vie, l’insécurité s’est installée aux alentours du site aurifère.

La majorité des orpailleurs kawariens ont investi dans le secteur du transport, en se procurant des véhicules neufs au détriment de l’agriculture, l’élevage et bien d’autres secteurs prioritaires. Ce qui leurs avaient permis de participer massivement au trafic humain et assurer le transport des migrants vers la Libye, avec la complicité de certains éléments des forces de défense et/ou de sécurité.

Bien que l’activité de transport des migrants existe auparavant, la découverte de l’Or et la chute du régime de Kadhafi en Libye avaient intensifié davantage ce trafic. Cette activité a engendré d’énormes accidents de la route.

Finalement, avec les différentes mesures prises par l’Organisation Internationale pour la Migration, en partenariat avec l’Etat Nigérien, en vue de contrecarrer les flux migratoires, plusieurs transporteurs kawariens croupissent en prison.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *