COVID-19 : Impact sur les activités des jeunes accompagnés par le PRODEC et le FAFPA

COVID-19 : Impact sur les activités des jeunes accompagnés par le PRODEC et le FAFPA
Read Time:1 Minute, 50 Second

L’apparition en décembre 2019 de la pandémie liée au coronavirus a poussé les pays du monde à instaurer plusieurs mesures de prévention. L’application de ces mesures et la psychose causée par cette pandémie ont chamboulé le rythme de vie des populations. Ce qui a pour conséquence le ralentissement de façon significative des activités économiques.

Au Niger, la situation n’est guère différente. Tout tourne au ralenti dans tous les secteurs d’activités. C’est le cas de Roumanatou Kailou, maîtresse d’atelier de coiffure pour femme à Niamey. La jeune dame se dit frappée  de plein fouet par la pandémie. « Les effets négatifs du coronavirus sont visibles. Je les ai ressentis à travers la clientèle » a-t-elle expliqué.

Roumanatou Kailou, maîtresse d’atelier de coiffure pour femme à Niamey

La clientèle, elle vient à compte-goutte au salon de  Roumanatou Kailou, ce qui l’a poussée entre-temps à mettre sous le paillasson. « Les clientes comme elle ne viennent plus, nous avons fermé un moment le salon » a-t-elle déploré avant d’ajouter qu’elle ne lésine quand-même pas sur les mesures barrières.

Mais les effets néfastes de la Covid-19 sont moins ressentis par Kadi Issaka, elle aussi, patronne du salon de coiffure. Pour Kadi, s’en sortir face à la pandémie nécessite juste plus de discipline et de précaution. Son secret à elle, réside dans un remaniement dans son salon. « Avec la présence de coronavirus, nous avons revu notre organisation de travail. Pour respecter les consignes de distanciation, mes apprentis se relaient. Ce qui évite l’encombrement dans le salon » a-t-elle souligné. « Personnellement, je prends soin de mes gants et je ne les utilise qu’une seule fois. Nous utilisons aussi des bavettes » a précisé Kadi Issaka.

Kadi Issaka, patronne de salon de coiffure à Niamey

Roumanatou Kailou  et Kadi Issaka font partie des jeunes déscolarisés et/ou non scolarisés nigériens formés par le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) en partenariat avec le Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) ; un projet démarré depuis 2014 sous l’égide de l’État du Niger et de la Banque Mondiale.

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Commentaires

commentaires

BusinessChallenge

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *