Célébration de la Journée Mondiale du Lait : Une coalition nigérienne au taquet, pour la promotion du lait local

Célébration de la Journée Mondiale du Lait : Une coalition nigérienne au taquet, pour la promotion du lait local
Read Time:2 Minute, 28 Second

Le 1er juin, déclaré Journée Mondiale du Lait depuis 2001 par l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO). Cette journée célèbre l’importance du lait dans la vie d’une personne.

Premier aliment d’un enfant après la naissance, le lait regroupe tous les nutriments dont le corps humain a besoin quotidiennement. Le lait et les produits laitiers sont une industrie de plusieurs millions de dollars dans le monde qui nourrit l’être humain et l’économie des pays.

Au Niger, cette journée est célébrée à travers une conférence de presse virtuelle de l’initiative « Mon Lait est local ». Il s’agit d’une campagne régionale de défense et de promotion du lait local, mise en place par une large coalition composée de plus de 55 organisations, notamment les organisateurs paysannes d’éleveurs et agriculteurs, de consommateurs, de chercheurs, d’ONG, de mini-laiteries, et industriels locaux.

En effet, le développement de la filière du lait local est un enjeu important pour les pays sahéliens où l’élevage joue un rôle économique majeur avec un effectif régional estimé à plus de 346 millions de têtes de bétails en 2019 selon les données de la banque mondiale.

« Le développement de la filière lait local est un défi majeur à relever, en tant qu’industrie laitière, nous utilisons plus le lait importé que celui local du manque de sa faible production. Nous importons dans les 600 à 700 tonnes de poudre de lait par an contre un achat de 743 000 litres de lait local » a témoigné Mme Maidah Zeinabou, PDG de la société Niger Lait.

La stratégie industrielle basée sur l’importation de matières premières à bas prix a été favorisée par les politiques commerciales libérales qui ont été conduites en Afrique de l’Ouest depuis le début des années 2000. La réduction des tarifs douaniers, très favorables aux importations, s’est justifiée à la fois par les négociations à l’Organisation Mondiale de Commerce, mais aussi par la volonté des gouvernements de privilégier l’accès des consommateurs à des produits de base à bas prix.

Au sein de la CEDEAO le Tarif Extérieur Commun (TEC) adopté en 2014-2016 prévoit un niveau de taxation de la poudre de lait en vrac de seulement 5%. « Pour favoriser le développement du lait local, il faudra taxer le lait importé pour pouvoir agir sur cette concurrence déloyale, tant et aussi longtemps que le lait importé est moins cher que celui local et quand on considère le revenu de la majorité de la population. Il est tout à fait logique et légitime que les gens consomment plus le lait importé »  déplore la Directrice pays OXFAM, Assalama Sidi et membre de la coalition.

Pour cette journée mondiale du lait, en Afrique de l’Ouest, la structure « Mon Lait Est Local » a prévu la signature d’une pétition pour un bon développement du lait local.

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Commentaires

commentaires

Aminatou Altiné Soumaré

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *