Bilan de Renaissance : amélioration dans les secteurs de la santé, de l’éducation et d’emploi

Bilan de Renaissance : amélioration dans les secteurs de la santé, de l’éducation et d’emploi
Read Time:2 Minute, 53 Second

Les ressources affectées aux secteurs de l’éducation et de la santé sont respectivement de 20% et de 9% contre 25% et 10% prévus, soit un total de 29% des ressources budgétaires, note-t-on d’emblée dans le registre de de l’éducation et de la santé du discours à la nation du Président Issoufou Mahamadou. Un discours marquant la 9ème année d’exécution du Programme de Renaissance, au cours du 33ème numéro de l’émission Business Challenge.

Pour accroître les capacités d’accueil des différents niveaux de l’éducation, plus de 17.400 classes sont réalisées ou en cours de réalisation. 15 nouveaux types de dispositifs dénommés Sites Intégrés de Formation Agricole (SIFA) ont été implantés dans les régions de Dosso et Maradi.

Pour ce qui est de l’éducation, près de 50.000 enseignants et contractuels ont été recrutés. Au niveau supérieur, la création de 4 nouvelles universités publiques à Agadez, Dosso, Diffa et Tillabéry ainsi que l’octroi de 47 autorisations de création et 41 autorisations d’ouverture d’établissements supérieurs privés figurent dans ce bilan de la mise en œuvre du Programme de Renaissance. L’enveloppe des bourses est passée de moins de 4,2 milliards en 2010 à 18 milliards en 2019.

1.700 enseignants et personnels administratifs ont été recrutés. «  Les efforts consacrés au secteur éducatif ne sont malheureusement pas suffisants pour modifier le classement de notre pays en termes d’IDH » a déploré Issoufou Mahamadou.

Dans le secteur de la santé, les principales réalisations qui ont contribué à l’évolution de ces indicateurs sont relatives à la construction et à la réhabilitation des infrastructures sanitaires. Ainsi convient-il de noter la construction de 2 hôpitaux nationaux de référence (Niamey et Maradi), un hôpital mère-enfant à Niamey et 7 centres de santé mères-enfants dans les autres régions, un centre national de lutte contre le cancer, un centre de prise en charge des fistules obstétricales et le Centre Hospitalier Régional de Tillabéry, 56 maternités, 475 Centres de Santé Intégré (CSI).

À cela s’ajoute les infrastructures en cours de construction ou de transformation dont 13 hôpitaux de district, 175 CSI de type II, 5.324 agents de santé dont 916 médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes, 3.762 paramédicaux et 646 auxiliaires puis le recrutement de 3.176 contractuels. « L’accroissement de l’espérance de vie à la naissance passée de 50,5 ans en 2001 à 61,6 ans en 2017 » s’est félicité Issoufou Mahamadou qui a toutefois déploré la faiblesse du système national de santé.

En matière de création d’emplois, un vaste programme de recrutement à la fonction publique et l’exécution de plusieurs chantiers pourvoyeurs d’emplois, a marqué ce bilan. Toutes les structures de l’État ont été renforcées en ressources humaines à travers le recrutement d’environ 30.000 agents à la fonction publique hors forces de défense et de sécurité dont les effectifs ont plus que doublé.

D’autres emplois ont été créés à travers l’exécution de plusieurs chantiers dans la construction des grandes infrastructures telles que les échangeurs, les hôtels, les aéroports, le centre de conférence, les routes ainsi que la mise en œuvre du programme de modernisation des villes. Selon les résultats de la dernière enquête, réalisée en 2018, environ 1.100.000 emplois ont été créés depuis 2011. La masse salariale des seuls agents permanents de l’État est passée de 90 milliards FCFA en 2010 à 285 milliards FCFA en 2019.

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Commentaires

commentaires

Business News

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *