Thomas Gilquin : l’échec dans le risque entrepreneurial au Niger

Thomas Gilquin parlant de risque entrepreneurial aux journnées nationales de management

« L’échec dans le risque entrepreneurial au Niger, vient de l’entrepreneur lui-même » déclarait Thomas Gilquin, project manager au Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises (CIPMEN) au Niger. Une déclaration faite dans le 76è numéro de l’émission Business Challenge.

Le taux d’échec dans les risques d’entreprenariat est important partout dans le monde, et trouve sa source dans différents facteurs. Mais au Niger, l’entrepreneur en est la source. « L’échec dans le risque entrepreneurial au Niger, vient de l’entrepreneur lui-même » déclarait Thomas Gilquin. Pour lui, le premier facteur de cet important taux d’échec est d’ordre culturel. « Il y a un manque de culture entrepreneuriale, du coup, cette culture de prise de risque en entreprise fait croitre bon nombre dans l’informel et ça devient un risque pour soi-même.» a expliqué Thomas Gilquin qui défend aux entrepreneurs confirmés et potentiels d’en avoir peur.

La conséquente directe de cette peur à se lancer dans un tel risque est la stagnation de l’entreprise. « Cela empêche l’évolution de l’entreprise et finit par la tuer dans l’œuf ». a glosé M. Gilquin. « Mais, il ne faut pas se lancer dans un risque non-calculé.» conseille-t-il. L’environnement de ressources humaines animées d’une telle culture s’avère nécessaire pour la survie de toute entreprise.

A ce facteur, s’ajoute celui de manque d’initiatives. Les entrepreneurs nigériens ne possèdent presque pas d’éventail d’options. A chaque échec très souvent financier, les entreprises nigériennes ‘’perdent pour la plupart le nord’’. « Il va falloir savoir rebondir (…) quand on ne trouve pas le financement dont on a besoin. Il faut alors prévoir un plan B ou C à saisir au cas où le plan A ne marchait pas, à continuer ses activités sans les financements espérés. » a conclu le project manager au CIPMEN qui conseille à cet effet aux entrepreneurs d’opter pour l’autofinancement.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *