Pharmacie ambulante : un mal nécessaire

Les pharmaciens du trottoir inondent la ville de Niamey avec divers produits pharmaceutiques. Dépourvus de toute qualification, ils sont nombreux à s’auto-employer pour survivre. Transportant des produits pharmaceutiques sur des charrettes bien chargées ou sur leurs têtes, ces vendeurs faufilent à longueur de la journée dans les quartiers populaires à la recherche d’éventuels c lients. La valeur des produits transportés par un individu tourne autour de 15 000 FCFA à 30 000FCFA.

Avec l’hivernage et son lot maladies saisonnières, ces ambulants font de bonnes affaires.
Moussa est un habitué de ce type de produits. Nous l’avons croisé juste à la rentrée du grand marché où il vient de s’approvisionner chez son fournisseur. Très surpris de notre présence avant de se relaxer, Moussa affirme avoir exercé cette activité pendant plus de 10 ans. Son commerce, dit-il, lui a permis de subvenir à ses besoins et ceux de sa famille.

Hasard ou pas, Moussa prescrit ses produits à certains clients suivant le symptôme de la maladie. Ce qui est dangereux, les indications du dosage et de la fréquence de prise d’un médicament sont totalement négligées. De plus, ces produits sont exposés au soleil et aucune mesure de conservation n’a été prise. Le conditionnement de ses produits tels que recommandé par les spécialistes de la médecine n’est pas respecté.
« Nous livrons aux clients des produits pharmaceutiques devant leurs portes et moins chers » insiste Moussa, pour esquiver notre question sur la nocivité de ses activités sur la santé des clients.
« Le faible revenu des ménages pousse des milliers de familles à consommer ces produits, souvent au détriment de leurs vies », témoigne un riverain.

A la question de savoir les implications que comportent ces médicaments vendus sur les ruelles, Dr Coulibaly nous livre la version clinique de ce fléau :
« Par la voie orale, lors de leur premier passage, ces médicaments peuvent attaquer le foie s’ils sont toxiques, et devient hépatique » a indiqué Dr Coulibaly, car dit-il, «  la plus part de ces médicaments échappent au contrôle à l’importation, ce qui exposent les consommateurs au danger ».
Ainsi, « les attaques rénales ne sont pas exclus lorsque ces médicaments contiennent de substance venimeuse ». a-t-il ajouté.

Ce docteur en pharmacie préconise la prudence dans la consommation des produits pharmaceutiques qui échappent au contrôle, pour ne pas endommager ces organes vitaux, en voulant chercher la santé à bas prix.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *