L’ANJE : forme ses membres sur la fiscalité

«Comment s’adapter à la nouvelle mesure fiscale 2018», c’est le thème qui a réuni, dimanche dernier à Niamey les membres de l’Association Nigérienne des Jeunes Entrepreneurs, l’ANJE à l’initiative du bureau de cette organisation.

C’est l’inspecteur des impôts, Mahamane Mal Ousmane, en service à la Direction Générale des Impôts qui a animé la conférence.

 Avant de revenir sur le thème, le conférencier a expliqué toutes les contraintes fiscales qu’incombent aux entrepreneurs, notamment, la déclaration d’existence et le contrôle fiscal.

La déclaration d’existence permet aux entrepreneurs d’avoir l’immatriculation, sous condition qu’ils livrent toutes les informations relatives à leurs activités. Tandis que le contrôle fiscal consiste à vérifier la comptabilité de l’entreprise pour authentifier les informations fournies par l’entrepreneur, après chaque exercice.

Ainsi, «  la tenue de la comptabilité est un élément clé de la crédibilité de l’entreprise » a martelé le conférencier.

Pour s’adapter aux nouvelles mesures fiscales, qui restent d’ailleurs sensibles, « les entrepreneurs doivent maitriser toutes ces contraintes fiscales, connaitre leur devoirs afin de les introduire dans leur comptabilité et les réadapter  à la structure » a conseillé l’orateur.

Le conférencier est revenu également sur la particularité de la nouvelle contrainte fiscale 2018 et sur les différentes démarches suivies par le gouvernement pour modifier les fondements de base d’imposition. Les entrepreneurs doivent «  mettre les contraintes fiscales comme un partenaire clé de leurs entreprises », a-t-il précisé.

Auparavant, le Président de l’ANJE, Kané Kadaouré Habibou a félicité le conférencier pour sa disponibilité et a invité les membres de l’ANJE présents à la conférence, à un échange interactif et dans une démarche participative.

Cette conférence s’inscrit, selon le Président de l’ANJE, dans le plan d’action de ladite association, notamment le renforcement des capacités de jeunes entrepreneurs nigériens et la pénétration institutionnelle.

Chegou LAOUEL (ICM)

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *