La compétence et le mérite face à la corruption

La cupidité, l’avidité, la recherche du gain facile sont les facteurs qui alimentent ce fléau social : la corruption.

La corruption crée une disparité sociale au sein de la population. Elle met un goulot d’étranglement à l’économie nationale. En effet, la corruption se produit en général là où convergent les intérêts politiques, bureaucratiques et économiques.

Ce fléau social est considéré comme un « abus de pouvoir à des fins personnelles », il dégrade mécaniquement les biens et services publics. Cette dernière est le résultat d’un conflit d’intérêt individuel.

D’autre part, la corruption a pour effet également de faire basculer les dépenses publiques vers les projets les moins prioritaires et les plus coûteux.

Il ressort du rapport 2016 de Transparancy International sur l’indice de perception de la corruption, que les pays ont enregistré une baisse relative aux années antérieures, donc une légère augmentation générale de la corruption. Cette année, les pays ayant perdu des places dans le classement de l’indice sont plus nombreux que ceux ayant gagné, ce qui démontre la nécessité d’une action urgente, a indiqué le Rapport.

Le tableau ci-dessous compile les rangs occupés par le Niger dans les classements de l’indice de perception de la corruption au cours de 5 années consécutives :

Année 2012 2013 2014 2015 2016
rang 113 106 103 99 101

Source : Transparancy international.

 

Bien que la méthode du calcul de cet indice soit l’objet du débat, il ressort de ce tableau que le Niger a enregistré une progression en matière de la corruption entre 2012-2015, avec un faible rythme. Ainsi, une perte de deux points a été enregistrée à la fin de l’année 2016, ce qui reflète un mauvais signe aux investisseurs étrangers.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *