Kinassa Salmatou Ibrahim et Idrissa Oumarou Safiatou, des femmes qui font la fierté « dans les mines » du Niger

Du 07 au 11 août 2017, l’équipe de Business Challenge était en visite dans les sociétés minières d’Arlit à savoir SOMAÏR et COMINAK. Parmi les travailleurs rencontrés, figurent deux (2) femmes, Kinassa Salmatou Ibrahim et Idrissa Oumarou Safiatou. Elles sont aux premières loges, faisant entre autres, la fierté de la gent féminine dans ces sociétés en particulier et au Niger en général.

Passionnée de la technique depuis sa plus tendre jeunesse, Kinassa Salmatou Ibrahim est aujourd’hui responsable de la gestion de l’ensemble du système électrique de l’usine de COMINAK. Dans son département, elle dirige une cinquantaine de personnes constituée d’électroniciens, d’instrumentistes et de programmateurs. Tous ces techniciens interviennent dans le secteur électricité-automatisme de la mine. « Au début, j’ai d’abord suscité l’étonnement avant de me tailler une place » a déclaré Kinassa Salmatou Ibrahim évoquant son intégration.

L’autre femme qui affronte ce secteur tant dominé par les hommes, c’est Idrissa Oumarou Safiatou. Titulaire d’un master en mathématiques appliquées, elle est ingénieure études et procédés au niveau de l’usine de transformation des minerais en uranate à la SOMAÏR. Pour elle, travailler dans les mines n’est pas « une affaire d’homme ». «Tout le monde peut y travailler selon son domaine de compétence » a-t-elle souligné.

Considéré jusqu’à un passé récent comme un monde d’hommes, le mythe est maintenant tombé : plusieurs femmes travaillent dans les mines nigériennes avec des postes clés de responsabilité.

A la SOMAÏR, par exemple, sur un effectif total de 943 employés directs, les femmes sont aujourd’hui au nombre de 40 contre 20 en 2010.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *