Foire de l’innovation sociale au Niger, quand le génie créateur des nigériens s’exprime

Le 25 novembre dernier, en marge de la célébration de son cinquantaine, l’ONG internationale SNV a organisé une foire de l’innovation sociale.

 Cette foire a pour objectif de mettre en lumière les talents des hommes et de femmes qui cherchent des solutions problèmes sociaux au Niger et aussi  de vulgariser les innovations sociales dont ils sont porteurs. Cette action est initiée dans le cadre du projet de promotion de l’entreprenariat sociale (YAWWA) mis en œuvre par la SNV en partenariat avec l’USAID.

L’équipe de Business Challenge a fait le tour des stands de la foire. Nous vous proposons de découvrir, le parcours quelques innovateurs qui ont attiré notre attention.

Un génie caché de Zinder

Hamissou Salé âgé de 53 ans et père de neuf enfants réside à Zinder.

Fils d’un entrepreneur, Hamissou est titulaire d’un Certificat d’étude de l’école primaire et a commencé ses premiers exploits en ce moment. Ce génie créateur a conçu un appareil photo et plus tard il devient le premier à développer les photos en couleurs à Zinder.

Son père entrepreneur détenait une usine où les employés travaillaient avec du bois. Après utilisation du bois, il y a des résidus qui restaient. Ainsi, à partir de ces  résidus de bois  Hamissou a pu inventer des foyers améliorés. Les résidus du bois de l’usine du pére de Hamissou devinrent alors profitables et les foyers améliorés aidèrent les femmes à mieux cuisiner leurs plats.

Aujourd’hui encore, Hamissou continue à bricoler et à inventer. Il a notamment inventé une ensacheuse qui lui a permis de travailler pour la SOTRAMIL (une société de transormation agro-alimentaire).

Il a aussi inventé une machine embouteilleuse qui produit le jus JAMARA. JAMARA est la première production de boisson gazeuse de Zinder conçue par Hamissou Salé.

Grâce à la machine embouteilleuse, Hamissou a pu obtenir un Brevet pour son invention.  Hamissou est un modèle pour le Niger, qui, s’il est soutenu fera des innovations extraordinaires qui feront avancer l’économie du Niger.

La patate douce fait des miracles économiques

« Djaddo Innovation » est une jeune entreprise qui est basée au quartier banifandou. Cette entreprise est gérée par Souleymane Djibril Madé. Ce jeun ingénieur en agro-industrie est aussi innovateur qui se démarque.

Partant du constat, que la patate douce est si peu négligée au Niger, Souleymane a eu l’idée de la vulgariser.

Aussi, il remarque que ce tubercule contient des vitamines nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme humain telles que la vitamine A et la vitamine B6 ; elle contient également des minéraux tels que le potassium qui est important pour la régulation du battement cardiaque et un glucide complexe qui permet de réguler la glycémie lentement et est important pour les diabétiques. En sommes, comme nous l’affirme Souleyman, la patate douce est d’une grande importance pour la santé.

En effet, « Djaddo Innovation » produit du jus à base de patate douce, de la farine enrichie à base de patate douce, des gâteaux, des chips, de la pâtisserie, de la bouillie…

Ambitieux par son travail, Souleyman met beaucoup d’amour pour ce travail et se fait aider par sa famille et ses amis.

Il aime son travail et veut faire connaitre les vertus de la patate douce car dit-il, elle fait des miracles économiques :« consommons nigérien. »

Le centre de couture « foyer Djamila »

Le foyer Djamila fondé est un centre qui forme les filles déscolarisées, les filles de la rue et les filles des parents pauvres. Objectif ; permettre à cette frange vulnérable de la population d’avoir un emploi décent et sortir de la précarité.

Djamila, la fondatrice du foyer a un brevet d’étude en comptabilité,  mais passionné de couture, elle a continué à pratiquer ce métier et a obtenu son diplôme de maitresse couturière en 1986. Elle a ouvert son atelier la même année, « l’atelier mamaki » malgré la réaction de ses parents qui n’étaient pas content de choix de métier.

En 2010, cette brave femme a eu l’idée d’ouvrir le foyer Djamila. Ce centre a été inauguré en Octobre 2010 avec l’appui et le financement de l’Etat qui ont donné les locaux du foyer Djamila situé au quartier Abidjan (samaria quartier abidjan). Elle a également bénéficié de dotation matérielle et financière provenant des partenaires techniques et financiers du Niger…           .

En effet, ce foyer a été créé pour permettre à ces jeunes filles d’apprendre la couture,  la cuisine et l’économie familiale…Après leur apprentissage, ces jeunes filles peuvent aussi ouvrir leur propre atelier et gagner quotidiennement leur vie. Cela leur permettra d’être indépendantes vis-à-vis de leurs parents ou de leur mari. Cela a un apport économique et social considérable.

Par l’equipe BC.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *