Dégraissage sur les sites miniers d’Arlit

Le marché de l’uranium peine toujours à se relever. Le groupe français Areva a annoncé, lundi 9 octobre, des licenciements en 2018 dans une de ses filiales au Niger, a-t-on appris dans le journal d’information en ligne, lemonde.fr.

Cette décision est la conséquence de la chute du prix d’uranium sur le marché, selon la source.

Bien qu’elle n’ait pas précisé le nombre de postes qui seront affectés, cette décision prise par la multinationale française du secteur de l’énergie va entraîner une réduction non négligeable des employés travaillant dans l’une des sociétés minières basée à Arlit.

En dépit des mesures prises pour contrecarrer la migration irrégulière et de l’insécurité qui sévit dans cette partie septentrionale du Niger, ces licenciements pourraient agrandir le rang des chômeurs. Des mesures adéquates de réinsertion professionnelle sont donc à prendre par les autorités nigériennes.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *