Déchets non collectés ou mal traités, conséquences graves sur la santé et l’environnement

 

Le récent rapport de la Banque Mondiale, publié en septembre 2018,  annonce que la production mondiale de déchets augmentera de 70 % d’ici 2050, si rien ne change rapidement.

Près d’un quart de la production mondiale de déchets (23 %) est actuellement imputable à la région Asie de l’Est-Pacifique. Le rapport prédit qu’à l’horizon 2050 la production de déchets sera multipliée par plus de trois et plus de deux en Afrique Subsaharienne et en Asie du Sud respectivement.

Selon le rapport, le monde a produit 242 millions de tonnes de déchets plastiques en 2016, ce qui correspond à 12% de la production totale de déchets ménagers. Or, en l’absence de systèmes de collecte et de traitement appropriés, ces déchets contamineront et dégraderont les cours d’eau et les écosystèmes pour des centaines, voire des milliers d’années.

« Bien gérer les déchets est une évidence économique, explique Silpa Kaza, spécialiste du développement urbain à la Banque Mondiale et auteur principale du rapport, car des déchets non collectés et mal traités ont des conséquences graves sur la santé et l’environnement. Et ces effets ont un coût plus élevé que celui associé à la mise en place et à l’exploitation de systèmes de collecte et de traitement simples et adaptés. Les solutions existent et nous pouvons aider les pays à y parvenir. »

Depuis 2000, la Banque Mondiale a alloué plus de 4,7 milliards de dollars à environ 340 programmes de gestion des déchets solides à travers le monde.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *